DAR – KIGOMA en bus.

Publié le par ADM

Apres plusieurs années dans ce pays, c’est la première fois que je fais le trajet Dar - Kigoma par bus, sur une distance de 1500 km.
Villes principales traversées : Dar-Morogoro : 193km ; Morogoro-Dodoma : 280km ; Dodoma-Singida : 252km ; Singida-Kahama : 306km ; Kahama-Kibondo : 236km ; Kibondo-Kasulu : 140km ; Kasulu-Kigoma : 92km.
Le départ a eu lieu à 6.45. Nous avions à peine quitté Dar qu’une remorque était déjà renversée en travers de la route.
033b
                                                       remorque en travers de la route
Notre bus avait du jeu dans la crémaillère, ce qui obligeait le chauffeur à jouer sur 1/5, pour ne pas dire 1/4 de la circonférence du volant pour maintenir le bus dans l’axe de la route. Il y a plusieurs années, j’ai eu l’occasion de me retrouver coincé sous un command car qui avait ce problème, mais beaucoup plus accentué, alors instinctivement j’ai pris quelques précautions dans mon environnement immédiat. Protection par les sacs en cas de projection, aucun objet métallique d’accoudoir susceptible de me trouer les cuisses en cas d’envol….
Ce bus avait aussi un problème d’embrayage, donc difficulté à passer les vitesses, surtout à l’arrêt ; il faut démarrer en prise. Evidemment dans les descentes on espère que le chauffeur arrivera à rétrograder.
Durant ce voyage, j’ai fait quelques constatations, notamment que le client doit savoir une chose ; une fois que son billet est payé, il doit s’assumer entièrement ; certains en ont fait les frais ; nous avons vu un passager d’un autre bus, sur un parking, courir derrière son bus car il était aux toilettes ; le bus était déjà très éloigné, donc client refait !
Nous sommes arrivé à 22.00 à Kahamba, où nous avons passé la nuit ; Vu la quantité de bus qui stationnait il était impossible de trouver une chambre ; j’ai donc dormi sur le béton de l’abri d’attente. Le matin, une femme est restée sur le tarmac ; le chauffeur avait dit que le départ serait à 5h le lendemain et bien croyez le ou non, il est parti a 4.30. Donc la femme aussi est refaite ! Ca la fout mal quand vous savez que personne ne vous remboursera le ticket et que vous ne savez pas ce que vont devenir vos sacs, car il n’y a pas de ticket bagages.
Durant le trajet nous avons encore eu l’occasion de voir des remorques et autres camions en travers de la piste. Avec la pluie, ces pistes deviennent de vraies patinoires et très souvent les véhicules progressent en crabe.
039b
                                                    Nouvelle remorque en travers de la piste
041b
                                                       camionn embourbé dans un trou
Vous pouvez me demander comment puis je être encore étonné après 35 ans d’Afrique ; c’est simple, ma nature me porte à aimer l’organisation et un minimum de conscience professionnelle. Alors vous allez dire pourquoi vivre dans ces pays si ces comportements vous gênent ; je vous réponds que beaucoup ne supportent pas leur belle mère et ce n’est pas pour autant qu’ils divorcent.
Donc vous avez compris que si vous êtes dans un bus, prenez vos précautions pour dire à tout le monde que vous vous absenter et que le bus ne parte pas sans vous, car il n’y a aucun contrôle des passagers à chaque départ, afin justement d’éviter ce genre de désagréments. Remarquez que les blancs ne sont pas si nombreux dans ces bus, alors un absent on le remarque vite. De même que lorsqu’ils s’arrêtent, ils ne disent à personne que c’est la pause pipi ou la pause repas, il faut le deviner, ni combien de temps on va s’arrêter. La combine c’est de toujours rester en ligne de mire du chauffeur et de garder en permanence un œil sur lui, même les deux ça n’est pas du superflu, car ils sont deux chauffeurs.
Par contre les chauffeurs et autres membres de l’équipage, vérifient sérieusement si personne n’a touché à leur ration d’herbe durant leur absence et posent la question pour savoir si quelqu’un a touché à leur sac. On les voit mâcher à qui mieux mieux; je ne pense pas que ça soit du chanvre (n’ayant jamais été un adepte), mais plutôt du kat qui transit par le Kenya.
037b
                                                Escale de Kibondo
J’ai eu l’occasion, me trouvant derrière le chauffeur, de lui taper sur l’épaule pour lui signifier qu’il devait lever un peu le pied ; évidemment, ça faisait rire tout le monde de voir que le blanc avait peur de la vitesse et c’était difficile, vu leur état euphorique de leur expliquer qu’il ne s’agissait pas que de moi mais des femmes et des gosses qui se trouvaient aussi dans le bus. Même le policier assis à l’avant, derrière le pare brise, trouvait ça drôle.
Nous sommes finalement arrivés à Kigoma, vers les 14.00, apres 31h de voyage. C’est plus rapide que le train, car pour arriver à Dar ça nous avait pris 45h. Le prix est presque identique, 54.000Tsh officiel pour le train, mais comme ils sont rares, on les trouve à 70.000 sous la table ; le bus c’est 60.000 Tsh de Kigoma et 55.000 dans le sens Dar – Kigoma. Seulement en bus on ne passe qu’une nuit sur le trajet, en train c’est deux. L’avion c’est dans les 200$ A/S, mais il met 3 ou 4 h.

Publié dans Promo-tourisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article