Comment améliorer la santé dans le sud Mahale

Publié le par ADM


Sport:
Nous avons demandé aux villageois de créer une association sportive du Sud Mahale, car nous voulons introduire des activités sportives, comme le tennis de table, beach volley…( des ballons, raquettes, gants de boxe et sacs ont été donnés).

Nous voulons faciliter les sports, même parmi les jeunes filles (% important de musulmans dans la zone, pas très favorables à l’émancipation des femmes car ca ne fait pas parti de leur culture) et nous pensons que le sport sera une bonne approche .
Comme le précise notre charte, pas de distinction de religion, mais un travail pour l'émancipation de la femme. J'espere que personne n'a rien contre?
A part Pauline, je n'ai encore jamais vu une femme ou même fille, sur un vélo dans le sud Mahale! Même à Kigoma d'ailleurs. Quand on croise des vélos sur les pistes de brousse, c'est toujours l'homme dessus et la femme qui marche derriere avec son baluchon sur la tête et son gosse sur le dos. Difficile aussi d'imaginer une africaine sans un gosse sur le dos.
Jean Ferrat n'a-t-il pas dit qu'elle était l'avenir de l'homme! C'est aussi ce qui doit leur faire peur car l'africain est trés machiste mais si en plus il est musulman alors l'univers de la femme se résume à ses casseroles.

Nous pensons établir des parcours de santé tel qu’il en existe dans les villes en Suisse (parcours Vita) pour pousser la population même adulte à avoir des activités physiques qui les maintiendraient en bonne santé. Un rapport de l’UNICEF précise que les adultes (au niveau mondial) ne faisait pas suffisamment d’exercices physiques, donc faisaient vivre le corps medical et les labos pharmaceutiques (qui eux ne se plaignent pas du tout au contraire, ca fait marcher le commerce).

Eau:
La population réclame aussi l’accès à l’eau potable, l’eau du lac étant douteuse, confirmée par les analyses à Kigoma. Se baigner d’accord, mais bouillir l’eau avant consommation.

Paludisme:
Les montagnes environnantes ont une altitude de 1000 à 1200m et nous pensions que cette hauteur pourrait être favorable pour des plantations d’Artémisia Annua, qui aiderait contre la malaria (premiere cause de mortalite bien que tout le monde focalise sur le SIDA) et qui en meme temps serait une source de revenus pour la population.
Mais un planteur d’Artémisia de la zone d’Arusha nous a dit que la proximité du lac ne donnera pas les bonnes conditions climatiques pour la plante qui apparemment a besoin de plus de fraicheur. Nous reverrons ce probleme un peu plus tard.

Infracstructures medicales:
Le médecin responsable du District nous a dit qu’il serait bon d’avoir un hôpital dans le sud Mahale, qui ne dispose que d’un petit dispensaire par village (des statististiques deja anciennes donnent 4000h a Sibwesa, 5000h a Kalya et 6000h a Kashagulu, soit environ 15000 pour cette zone d'une douzaine de km de long). Des gens meurent pour n’être pas arriver à temps à Kigoma (250km au nord, par bateau, si vous trouvez un bateau et si le  humeurs du lac le permettent).

La tsé tsé:
Certaines secteurs de la region ont aussi des mouches tsé-tsé et certains villages utilisent des pièges; ces pièges sont tres visibles quand on traverse le Parc national de Katavi; mais ils doivent être renouvelés.

Publié dans Projets futurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article