Atelier sur l'environnement par le NEMC

Publié le par ADM

Le NEMC, National Environment Management Coucil, a organisé le vendredi 22 décembre 2006 un atelier sur la déforestation et les énergies renouvelables.
Cette mission venue de Dar es Salaam avait pour but la visite des principales prisons de la ville et des alentours.
En effet des statistiques ont montré que les prisonniers participent pour une bonne part à la déforestation. Ils utilisent pour certains 1 à 2 M3 de bois par jour et certaines prisons vont jusqu'à 4 M3.
Les causes sont en partie liées au manque de four approprié. Ils cuisinent sur des pierres, à l'extérieur et le vent  ne permet pas de concentrer la chaleur uniquement sur la casserole, d'où une perte énorme d'énergie; sans compter qu'ils utilisent souvent du bois vert, qui fume énormement et qui n'a pas le même pouvoir calorifique que le bois sec, d'où l'obligation d'en couper plus.
Le but de cet atelier était d'essayer, en quelques sortes, de trouver des solutions pour limiter la casse (comprenez la déforestation).
Dans un 2eme temps, le problème du charbon de bois a été abordé, car c'est la 1ere source d'énergie pour les ménagères et pas que pour les ménagères d'ailleurs.
Les chiffres montrent que le bois représente 90% de cette énergie, 8% pour le biogaz, 1% pour le solaire et 1% pour les éoliennes.
Ils ont estimé les producteurs de charbon de bois à près de 200.000 personnes, chacun ayant 5 a 6 clients.
Les autorités avaient instauré le principe: "pour un arbre coupé, vous en plantez 3." Personne ne le respecte; en plus ils doivent replanter la même espèce d'arbre que celle qui a été abattue.
Ils preparent une législation sur les producteurs de charbon. Certaines personnes éclairées ont dit que ça aller être une source de profit pour les autorités locales et les policiers mais que ca ne resoudrait pas le problème.
Ils ont précisé que l'on pouvait interdire ce que l'on veut, dans la brousse les villageois continuent.
Je leur ai dit qu'il fallait expliquer pourquoi ne pas couper et pas seulement interdire; c'est en grande partie un probleme d'éducation; en Occident les gens commencent à peine à comprendre l'ampleur du probleme, alors en Afrique n'en parlons pas.

A cette occasion, j'ai attiré l'attention sur le fait qu'il y avait des producteurs de charbon car il y avait une demande de la part de consommateurs. En effet, un hotel de Dar es Salaam, utilise 9 sac de charbon par mois pour faire ses poulets tendori; a partir de 18h, les rues de Dar se remplissent de petits barbecues proposant des brochettes. Si vous voulez, non pas arrêter, mais diminuer, interdisez cette pratique; pas d'acheteur, pas de producteur!
Bon, ils ne sont pas rentrés dans les détails pour expliquer que des grands pontes ont des actions dans ce business et que c'est presque impossible de stopper ca. Alors j'ai dit vous voulez encore réparer une chambre à air complètement trouée avec juste une rustine, bon courage!

La conversation a ensuite tourné sur le biogas et les autres sources d'énergie qui pourraient diminuer l'utilisation du bois.
Je leur ai dit qu'il y avait beaucoup de vent au bord du lac et qu'ils devraient envisager d'y mettre des éoliennes, pas tres jolies d'accord, mais dont l'energie du vent est gratuite.
C'est peut etre ça d'ailleurs le noeud du probleme, on ne s'interesse pas vraiment au gratuit, car personne n'y gagne.
Le Gvt US dispose depuis longtemps de solution pour l'energie, mais justement comme elle est gratuite, il se garde bien de les sortir et préfèrent garder les gens sous la dépendance du pétrole.
L'exemple venant d'en haut et  l'execution etant à l'imitation.....bon! restons positif!



Finalement nous en sommes arrivés à la présentation du four REDI, qui les a fortement intéressé, car ils voulaient tous savoir quel était son prix (tous étaient acheteurs) mais pas suffisamment pour mettre quelques choses sur pied. Depuis des années que je fréquente des "workshops", le principe est le même; nous sommes là pour palabrer et faire des rapports et justifier les perdiems, mais rien de concret en ressort.
Ils ont lancé un tas d'invitations et seulement une poignée a répondu présent, ça prouve bien l'intérêt que les ong et autres organisations accordent aux workshops et c'est domage car il y a la possiblité d'y être productif, faut juste changer l'état d'esprit et comme chacun sait  "impossible n'est pas français" alors tous les espoirs sont permis!

Publié dans Site et Activités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
BRAVO Doudou et Athanase! A vous deux vous allez finir par attraper la bonne oreille
Répondre
P
BRAVO Doudou et Athanase! à vous deux vous allez finir par attraper la bonne oreille
Répondre